Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : S'Molshemer blog
  • S'Molshemer blog
  • : Contemplation + ou - critique d'une belle assoupie dans son alcôve territoriale, assortie de coups d'oeil ailleurs...
  • Contact

Profil

  • Stierkopf
  • Retraité de l'enseignement supérieur

Recherche

The ultimate selfie

poleurs.jpg(Dessin Poleurs)

13 juillet 2017 4 13 /07 /juillet /2017 10:30

Selon une enquête* du magazine américain The Atlantic, les craintes des commerçants face à la diminution des places de stationnement au profit des vélos ne seraient pas fondées. Adossé à 12 études réalisées à travers la planète, le constat est clair : la conversion des places de stationnements en pistes d'accès cyclables n’a aucun impact négatif sur les commerces riverains. En fait, dans certains cas, cet impact serait même plutôt positif.

Or, il est généralement admis que les automobilistes détiennent un pouvoir d’achat supérieur à celui des adeptes de la "petite reine". En outre, le coffre arrière de leur véhicule permet le transport d’une grande quantité de marchandises en un seul voyage. Vu sous cet angle "logistique", il apparaît dès lors logique qu'un commerçant soit tenté de leur céder toute la place.

A contrario, toujours selon l'enquête, les adeptes du vélo comme les piétons n’ont à l'évidence pas la possibilité de transporter, d’un seul coup, un égal "volume marchand". Cela dit, ils sont en conséquence conduits à fréquenter leurs commerces de prédilection sur une base plus régulière. Résultat des courses : la clientèle cycliste est, de manière globale, plus assidue et au final plus nombreuse que la clientèle sur quatre roues.

L’une des études citées dans cette enquête, réalisée à Melbourne (Australie,) révèle en outre que l’automobiliste moyen va dépenser 27 $, et le cycliste 16,20 $ lors d’une même course. Etant généralement entendu que l’espace de stationnement d’une voiture prend la place de six vélos, on parle dans ce dernier cas d’un volume d’achat de 97,20 $.

Ce qui place les cyclistes dans le peloton de tête des consomm'acteurs, loin devant les automobilistes, talonnés… par la fourrière ou voiture-balai ! (-_-)

*Source (via Carfree.fr)

Vers une revitalisation des centres-villes à coups de pédale ?

 

Repost 0
6 juillet 2017 4 06 /07 /juillet /2017 07:50

Deux soirées "Terroir" sont simultanément annoncées pour la soirée de ce vendredi 7 Juillet : à Molsheim en coeur de ville et non loin de là au Château de Dorlisheim, la première s'affichant à vrai dire plus livresque voire érudite (nourritures de l'esprit) que la seconde, davantage axée "nourritures terrestres" assaisonnées d'ambiance champêtre et folklorique.

Les deux cumulées s'avérant manifestement complémentaires, reste à les articuler avec efficience, pour en tirer chronologiquement la substantifique moelle.

-> Suggestion : les festivités du Château de Brosse n'étant guère recommandées en prime time pour qui veut garder les idées claires, priorité est en conséquence accordée, en début de soirée, à la docte rencontre "Art & Terroir" de la cité Bugatti… Avant d'aller s'étourdir sans autres dommages dans les vapeurs des cépages dorlisheimois.

Coup d'oeil programmatique :

Une faute d'orthographe s'est glissée dans l'affiche-annonce ci-dessus. On vous laisse le soin de la dénicher... (-_-)

Une faute d'orthographe s'est glissée dans l'affiche-annonce ci-dessus. On vous laisse le soin de la dénicher... (-_-)

Cliquer pour agrandir, et consommer avec modération
Cliquer pour agrandir, et consommer avec modération

Cliquer pour agrandir, et consommer avec modération

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 17:14
- Dessin Soulcié -

- Dessin Soulcié -

Repost 0
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 08:35

Publié ce jour online (Facebook et website), un appel à exposants de l'Asaco (reproduit ci-dessous) en vue de son prochain marché du terroir et de l'artisanat à Molsheim (samedi 3 juin 2017), associe l'Himalaya* à sa recherche de participants pour "cette belle aventure"… Apparentant ainsi (incidemment ?) sa démarche prospective à un fort escarpé voire "himalayesque" cheminement… vers un lumineux aboutissement ? (cf notre post du 2 mai 2016 : "Bientôt 3 marchés à Molsheim ?").

* En savoir plus sur l'exposition photos "Himalaya, Népal, chemins de lumière" organisée du 3 au 27 juin 2017 dans la cité Bugatti -> ici...

- Cliquer pour agrandir -

- Cliquer pour agrandir -

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 09:26

...mais ça pourrait (re)donner des idées ailleurs

Vidéo

En savoir plus sur ce projet de création d'un Supermarché Coopératif et Participatif dans la métropole bordelaise -> Projet Supercoop

Synthèse graphique du projet

- Publication dédiée au souvenir de notre défunte Coop Alsace -
- Publication dédiée au souvenir de notre défunte Coop Alsace -
- Publication dédiée au souvenir de notre défunte Coop Alsace -
- Publication dédiée au souvenir de notre défunte Coop Alsace -
- Publication dédiée au souvenir de notre défunte Coop Alsace -
- Publication dédiée au souvenir de notre défunte Coop Alsace -
- Publication dédiée au souvenir de notre défunte Coop Alsace -

- Publication dédiée au souvenir de notre défunte Coop Alsace -

Repost 0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 11:08

Consterné par la désertification commerciale croissante de sa petite ville de Bernay (env. 10 000 hab.) dans le département de l'Eure en Normandie, un Bernayen anonyme a placardé une lettre-mea culpa sur toutes les devantures en berne des commerces fermés de la localité. Il y formule ses regrets d'avoir privilégié les centres commerciaux aux boutiques locales...

Une missive captée in situ et retranscrite in extenso ci-dessous, pour un plus grand confort de lecture :

- MEA CULPA -

Pour avoir pris, moi aussi, l'habitude de faire mes courses dans les centres commerciaux,
Pour avoir peu à peu décidé que les Drives étaient des solutions encore plus pratiques.

Je ne veux plus de cela aujourd'hui !
La fermeture de l'épicerie ANNE - l'un des plus anciens commerces de Bernay - a fait office de déclic.

Désormais,
Fini ce trottoir où s'entassaient les fruits, les légumes et où les habitués s'arrêtaient pour discuter histoire de… Tout simplement "Histoire de…" Mais n'est-ce pas déjà énorme ?
Fini ce commerçant toujours présent,  qu'il pleuve ou qu'il vente. Une lumière les jours d'hiver.

Demain, j'irai voir mon boucher de quartier. Sa convivialité et sa vitrine donnent l'envie d'y rester.
Les boulangers, je continuerai à les fréquenter. Il y fait chaud et cela sent le pain fraîchement sorti du four.
J'en profiterai pour rentrer chez le fromager. Un pain dont la croûte craque mérite de recevoir un bon fromage.
Aimant boire (avec modération !), j'irai découvrir la cave à vins dans la rue des Antiquaires.
La poissonnerie, je ne me prononce pas. Le poisson, ce n'est pas mon truc. Mais pour ceux qui l'aiment, sur la place de la Poste, il en reste une.

Bref.
Même si je sais que je devrai moins consommer - car nul doute, c'est plus cher - je fais le choix de cette proximité et de ces petits moments sympathiques. Faire ses courses, c'est aussi une rencontre. Un face à face convivial. Du temps que l'on se prend.
En consommateur réfléchi, je décide d'avoir recours aux centres commerciaux pour des produits devenus introuvables dans nos petits commerces.
Aujourd'hui, je comprends que j'ai un POUVOIR : celui d'améliorer ou non le sort de notre ville.

« Mais il faut avoir le temps. Moi je cours du matin aux soir.»
Oui.
Triste constat de notre société actuelle.
Alors ? Bernay est-elle destinée à devenir comme tant d'autres villes ?
Une cité dortoir où les samedis, nous les passons à la périphérie à faire des courses dans un état de stress qui rappelle celui de la semaine ?

Merci à ceux qui m'auront lu jusqu'au bout.
Zut ! aux autres qui trouveront cet écrit stupide et la démarche naïve.
L'épicier de la rue du Général Leclerc avait utilisé un terme moins délicat pour qualifier ceux qui n'ont pas honoré leurs dettes.
Honte à eux !

Et respect pour vous, Messieurs ANNE, père et fils.
Vous allez nous manquer.

UN BERNAYEN

-----------------------------

Moyennant quelques petites adaptations textuelles correspondant à la situation molshémienne en la matière, in fine très similaire, on l'affiche sur les devantures verrouillées de la cité Bugatti ?

(Source : L'Eveil Normand).

Petit commerce : mea culpa…
Repost 0
22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 08:00

Et si c'était le dimanche ? En voilà une idée qu'elle est schnaps sachant le poids des habitudes, et pour le moins iconoclaste en Alsace-Moselle dont les 3 départements restent soumis, comme chacun sait, au droit local en la matière, interdisant de travailler le dimanche (hormis dérogations). 

Nonobstant ces très particularistes dispositions, une commune du susdit territoire a décidé de transgresser ce cadre restrictif et de revivifier son marché hebdomadaire (périclitant pour cause de date inadaptée) en l'organisant désormais le dimanche matin.

Un bain de jouvence potentiel, en vérité, pour ce marché transféré (non exclusivement alimentaire), qui a toutes chances de se (re)dynamiser du fait de la non-concurrence dominicale alentour. Et ce à l'égal bénéfice de certains commerces de proximité (boulangerie-pâtisserie, tabac-presse, restaurants…) légalement accessibles durant ce même créneau concurrentiellement béni.

Mais où donc ? A Molsheim, dont le marché du lundi matin claudique et s'étiole à l'évidence en termes d'attractivité et donc de fréquentation ?

Que nenni, mais à Guénange, ancienne cité sidérurgique lorraine (env. 7 000 hab.) sise au bord de la Moselle, dans le département du même nom. Et donc théoriquement soumise aux dispositions du régime juridique précité.

Dès lors, en quoi ce qui paraît concevable sur les rives de la Moselle ne le serait-il point en bord de Bruche ?

La question mérite assurément d'être posée si ce n'est municipalement débattue. Et fournir à cet égard (ou pas ?) du grain à moudre aux élus locaux, mais pas seulement (âllo l'Asaco ? Et qu'en pensent les administrés ?). 

En savoir plus sur l'initiative des élus de Guénange -> "A vos paniers !" (Source : le Républicain Lorrain).

Post précédent : "Bientôt 3 marchés à Molsheim ?". Marchés (hebdo, paysan, terroir) dont il serait "existentiellement" opportun de lier le sort (développement commun ?) en les associant à la même éventuelle réflexion. Chiche ?

Le marché de Molsheim (photo DNA)

Le marché de Molsheim (photo DNA)

Repost 0
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 07:31
Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

À Molsheim comme dans nombre de communes de tous gabarits, les fermetures de boutiques se multiplient (cf notre post du 2 juillet), les rideaux se baissent et les vitrines désertées mitent tristement le paysage commercial de proximité.

Toute démarche de revitalisation des secteurs impactés tenant bien souvent du parcours du combattant, dans la durée, certaines localités ont franchi le pas de la vitrophanie, procédure d'habillage des magasins vacants au moyen d'un adhésif totalement occultant mais positivement figuratif. Et pouvant représenter :

- des images en trompe-l’œil d’une activité commerciale (jugée manquante) et d'en suggérer l'idée ;
- des images de la ville (monuments, patrimoine...) ;
- une infographie illustrant le dynamisme de la ville ;
- des reproductions d’œuvres d’art locales ;
- les coordonnées (minimum syndical) d’un référent.

Cautère sur une jambe de bois pour certains, cette démarche présente au moins le mérite d'occuper le terrain en travestissant esthétiquement (et suggestivement) les vitrines aveugles et d'apporter ainsi un regard plus serein sur les espaces commerciaux en friche... Dans la perspective in fine de susciter les déblocages espérés.

Exemple à la Tour du Pin (et bientôt à Molsheim ?) : 

En savoir plus sur la vitrophanie et ses applications ->  "Direction centre-ville, blog boosteur de centre-ville"

Cliquer pour agrandir

Cliquer pour agrandir

Repost 0
2 juillet 2016 6 02 /07 /juillet /2016 11:41
Molsheim : le désert avance...

Le désert commercial, plus précisément.

Deux sympathiques et fort conviviales boutiques ("Saveurs du Monde" et "A Fleur De Pot") ont en effet définitivement fermé leurs portes ces derniers jours, accentuant ainsi, s'il en était encore besoin, la désertification croissante du coeur de ville molshémien...

-> Infos et réactions captées sur Facebook :  U+21AF.svg

Molsheim : le désert avance...
Molsheim : le désert avance...
Molsheim : le désert avance...

On en reparlera...

Molsheim : le désert avance...
Repost 0
22 juin 2016 3 22 /06 /juin /2016 20:59
Commerces de proximité : quelle politique ?

Réunie le 15 juin dernier, la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale a examiné le rapport d'information de MM. Fabrice Verdier et Daniel Fasquelle sur la mise en application de la loi n° 2014-626 du 18 juin 2014 relative à l'artisanat, au commerce et aux très petites entreprises. 

Pour mémoire, cette loi avait pour objectif de soutenir une offre commerciale et artisanale diversifiée sur le territoire français en favorisant le développement des très petites entreprises, la dynamisation des commerces de proximité et la rénovation du régime des baux commerciaux, en renforçant les leviers des pouvoirs publics et en modernisant l'urbanisme commercial. Vaste chantier...

Parmi les propos échangés dans ce cadre, on note en particulier et avec curiosité l'intervention ci-après du député Laurent Furst : 

"Je voulais rebondir sur un seul des éléments de ce rapport : la politique des commerces de proximité. Cette problématique est majeure. Les articles de presse sont nombreux actuellement sur les centres-villes des communes de 5 000 à 100 000 habitants. Les centres-villes se vident, les vitrines blanches sont de plus en plus nombreuses. Je note que deux aspects sont abordés. D'une part, celui de la préemption qui est un  outil assez vaste à la disposition des élus et de leurs relais. D'autre part, le FISAC, sachant qu'il se heurte à la difficulté des crédits qui l'abonde. La commune dont je suis le maire a commencé un FISAC et on a dû l'abandonner en cours de route parce que l'État a dit qu'il n'y avait plus d'argent. On a fait le volet étude mais pas le volet action car nous étions face à un vide sidérant qui est le vide des crédits budgétaires.  

Je voulais surtout vous dire que la problématique du commerce de centre-ville ou du commerce en ruralité est essentielle car elle est un indicateur de la vie dans les territoires et cela me semble dépasser la problématique du FISAC et celle de la préemption, qui sont deux bons outils. Il faut avoir une vision d'ensemble et nous n'avons pas les outils pour faire des politiques de communication visant à redévelopper les centres-villes et à les faire connaître auprès de nos citoyens en ayant des politiques d'aménagement (par exemple, avec la création de places de parking*). Si l'on veut sauver la vie au coeur de nos cités, il faudra être plus ambitieux** que l'utilisation des outils que nous avons à notre disposition." (Version vidéo).

Un plaidoyer qui ne manque assurément pas d'étonner un tantinet, émanant d'un élu en son temps tête de gondole fer de lance mordicus de l'implantation adjacente de la zone d'activité (loisirs + commerces et hôtellerie-restauration) du Trèfle (extensible ?), facteur non négligeable de la dévitalisation progressive du bourg-centre molshémien… Entre autres communes avoisinantes. 

* Quant à la solution-miracle (?) "par exemple" évoquée, à savoir "la création de places de parking", on n'ose guère raisonnablement l'imaginer qu'en périphérie (extra-muros) d'un coeur de ville… piétonnisé, à l'image de ce qui se pratique désormais avec succès dans nombre de localités voisines d'outre-Rhin. 

** Mais objectivement et à ce dernier égard (trop ambitieux ?), la route s'annonce sinueuse et le chemin pentu. Bref, c'est loin d'être gagné -> un thème en émergence à l'horizon des prochaines élections municipales ? 

Dans cette attente (dès 2017 ?), à quand une consultation-information des habitants sur ce sujet sensible qui les concerne au premier chef ?

Et qu'en pense l'ASACO ?

Post-scriptum : dans la série "dévitalisation" du centre-ville, un autre sujet de "conversation" se profile -> la restructuration drastique et prochaine (1er septembre ?) du point d'accueil CPAM de Molsheim... Avec maintien d'une permanence téléphonique + accueil restreint sur rdv ? Transfert de personnels ? Délocalisation ? On en reparlera.

Commerces de proximité : quelle politique ?
Repost 0

A l'affiche...

...du cinéma Le Rohan - Mutzig
-> Programmation

le_rohan__470.jpgSoutenez les petites salles !

Observatoire citoyen

Pour suivre votre député à la trace (parlementaire) :
-> cliquez "coucou.je-suis-là.fr"

k5594297
1044315 483847185025194 962985576 n

Le blog à l'international

Pour accéder à la version polyglotte
du blog,
 traduit en 55 langues
modimes et dominantes,
---> actionner la moulinette
__________________________________

vache-loul.gif- Spécimen de Stierkopf -