Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : S'Molshemer blog
  • S'Molshemer blog
  • : Contemplation + ou - critique d'une belle assoupie dans son alcôve territoriale, assortie de coups d'oeil ailleurs...
  • Contact

Profil

  • Stierkopf
  • Retraité de l'enseignement supérieur

Recherche

The ultimate selfie

poleurs.jpg(Dessin Poleurs)

23 février 2014 7 23 /02 /février /2014 15:54

Le décret n° 2014-185 du 18 février 2014 modifiant la délimitation des cantons dans le département du Bas-Rhin est paru au JO ce samedi 22. 
Le canton n° 10, celui de Molsheim, recouvre désormais 31 communes énumérées ci-dessous dans la colonne de gauche, contre 20 auparavant, listées pour mémoire dans la colonne de droite :Cantons-rectif-copie-1.jpg

carte2015.jpg

Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
20 février 2014 4 20 /02 /février /2014 08:00

longue-vue-dessin.jpg
Publiée au Journal Officiel après validation par le Conseil constitutionnel, la loi organique interdisant le cumul de fonctions exécutives locales avec un mandat de parlementaire s'appliquera lors des élections intervenant après le 31 mars 2017.


On sait que le premier magistrat-député de la cité Bugatti, multi-casquettes en diable, n'avait guère attendu cette finalisation législative pour allumer les fort peu démocratiques contre-feux que l'on sait.

Rappel pour mémoire : "assuré" d'une victoire de la droite au printemps 2017, la sauvegarde de ses avantages acquis lui parait ainsi se profiler en deux temps trois mouvements, à savoir le vote par la nouvelle majorité d'un court texte de loi autorisant les maires élus pour 6 ans à terminer le mandat en cours (Gott sei Dank ?), puis la pérennisation du bon vieux temps via l'élaboration d'une loi plus structurée restaurant le cumul dans tous ses états et privilèges.

Mais pas seulement : à ces plans sur la comète s'ajouterait l'incertitude liée, selon lui, à l'introduction souhaitée par l'actuel président de la République (mais aussi par son prédécesseur) d'une dose de proportionnelle, moyennant le (re)charcutage ad hoc des actuelles circonscriptions et... la disparition de l'une d'entre elles dans le Bas-Rhin.

Ceci imaginé, « on verra bien alors ce qu'il en est » sussure le député (source DNA), arborant le sourire entendu de l'édile-au-parfum face au quidam-citoyen-électeur-lambda-de-base qui n'y entendrait goutte... 
Lequel  quidam n'a rien à battre, en fait, de cette politique-fiction de mauvais aloi, s'estimant à juste titre en droit d'être, dès à présent et avant le prochain scrutin, clairement, honnêtement et sans sybillins détours informé sur le choix 2017 : hôtel de ville ou Palais-Bourbon ? Histoire de pouvoir se prononcer en pleine connaissance de cause...


Sans parler de l'opportunité, pour Laurent Furst, de redonner à cette occasion du sens et du contenu à un qualificatif dont il use volontiers, celui de "républicain".
Au sens le plus éthique s'entend -> pour faire primer, dans le respect de la loi, le bien commun et l'intérêt général sur la protection de privilèges d'un autre âge.
Et respecter ainsi l'électeur, tout simplement.


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 21:02

visuel_de_l_affiche_du_pot_d_accueil_2010.jpg
L’accueil des nouveaux administrés est un rituel désormais bien ancré dans la cité. 

Personnellement accueillis par le maire et ses adjoints, en présence également des chefs de service et de représentants de l'Office de Tourisme, les nouveaux arrivants dans la commune, auxquels se joignent les jeunes électeurs, sont chaque année invités à une séquence de convivialité et d'intégration citoyenne fort appréciée. 


Cette première prise de contact "en direct" est l'occasion pour le maire et ses adjoints de présenter la ville et ses atouts, leurs différents périmètres d'intervention ainsi que les missions spécifiques des services, les équipements sociaux, sportifs et culturels, mais aussi les commerces, les transports, la gestion des déchets ainsi que la vie associative. 

Le tout complété d'un "package" documentaire décryptant tant la ville sous toutes ses dimensions et sur tous supports (y compris numérique : clé USB) que la communauté de communes et son éventail de compétences.

Agrémentée d'une ambiance musicale appropriée et d'une animation vidéo, cette chaleureuse réception trouve son épilogue autour d'un verre de l'amitié généralement "prolongé". 

Mais où cela donc, à Molsheim ? Pas que l'on sache ces derniers temps (sauf déficit de communication), mais il ne serait pas inimaginable de l'y (ré)organiser…


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 06:00

8B.pngMais quoi qu'est-ce ci-dessus  ?
Un immeuble ?

Bien vu ! Mais pas n'importe lequel… 
Outre les familles molshémiennes qui l'occupent, on y croise des cardiologues, des spécialistes des maladies vasculaires, des gynécologues, des 
opticiens, des ophtalmologues, un audioprothésiste, des kinés et même un expert ès pathologies citoyennes : le député du coin !

Celui de la 6e circonscription 67, nàtirlig, qui y déploie depuis peu, au 8B Allée Jean-Pierre Carl (Molsheim), son cabinet médical sa permanence parlementaire, accessible tous les jours que Dieu fait, enfin presque = du lundi au vendredi, 9h-12h et 14h-18h (carte Vitale non exigée).

Une permanence grâce à laquelle "Il vous sera enfin possible d’être en contact permanent avec notre équipe, ce que je vous encourage à faire car, selon moi,  il n’y a pas d’engagement sans échange*" dixit notre praticien de la chose publique. C'est noté et ce sera répété, amplifié voire claironné aux 4 points cardinaux du territoire placé sous sa vigilante tutelle.

Une permanence de proximité, donc, mais aussi un website-vitrine au graphisme indigent, traité au formol, désespérément atone et donc tout aussi statique que celui précédemment perpétré lors des Législatives 2012.

Au (maigre) menu de l'improbable outil :
- l'incontournable topo d'accueil (ça ne mange pas de pain),
- présentation et cartographies du territoire (pour savoir où on habite),
- biographie : famille, formation, passions, vie professionnelle (mais ça c'était avant), 
- la carrière l'engagement politique,
- cursus électoral + profil multi-casquettes,
- zoom sur les collaborateurs et charmantes collaboratrices (-_-),
- son rôle de parlementaire (ça peut servir),
- ses oeuvres et bienfaits tant en bord de Seine qu'en bord de Bruche,
- rubrique presse (du "copillage", à vrai dire, d'articles reproduits in extenso, une pratique qui pourrait lui attirer les foudres déontologiques des médias piratés, n'en doutons pas…).

* Et pour ce qui est de l'échange censé accompagner l'engagement, et vice-versa ?
Rien ou pas grand chose online : point de forum interactif, pas trace de 
Newsletter et/ou blog connexe, nul prolongement Facebook et Twitter, impossibilité de rédiger des commentaires in vivo, aucun espace d'expression directe donc, mais un banal formulaire accessible au bas de la page contact. Ecrivez, on vous répondra...

Bref un website qui gravite au degré zéro pointé et non 2.0 de la pourtant luxuriante et très évolutive technologie Internet.
Peut mieux faire !

A explorer -> ICI, sans frissons ni passion...
site

Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 08:10

images-copie-1.jpeg
Dans son Quatrième Cycle d'Evaluation, publié fin janvier 2014, le Groupe d'Etats contre la Corruption (GRECO) du Conseil de l'Europe pointe notamment, via ce rapport intitulé "Prévention de la corruption des parlementaires, des juges et des procureurs", l'opacité persistante de l'IRFM perçue par les parlementaires français au titre des "frais divers".

Laquelle IRFM (Indemnité Représentative de Frais de Mandat), d'un montant brut mensuel de 5 770 €, vient en sus, rappelons le, de la "rémunération" proprement dite du parlementaire (7 100 €/mois hors écrêtement en cas de cumul) ainsi que d'une indemnité pour "Frais de collaborateurs" (9504 €/mois pour 1 à 5 assistant(s), sans parler du reste (avantages divers et variés).

Bref un croquignolet pactole passé à la moulinette par le GRECO qui s'appesantit au passage sur la trop insaisissable IRFM, « attribuée à chaque parlementaire sans devoir rendre de compte quant à l’emploi de cette masse d’environ 385 000 € nets dans le cas d’un mandat de député de 5 ans (15 années de salaire moyen net en France)". Et s'étonne en outre que « les sommes correspondantes sont versées sans obligation de justification ni de reversement en cas de non utilisation. La seule limite imposée par la loi est qu’elle ne peut servir à financer une campagne électorale. »
Notamment municipale.

Mais le GRECO va plus loin : « Il a parfois été allégué que la plupart des parlementaires utiliseraient finalement ces sommes à des fins autres que strictement liées au mandat (par exemple pour couvrir des frais privés ou de la famille voire des acquisitions d’immobilier résidentiel). Cela peut contribuer à accroître le patrimoine de l’élu et affecter le dispositif de déclaration de patrimoine dont le contrôle est finalement faussé. »
Risque d'enrichissement personnel ?

Autre anomalie relevée par nos anti-corrupteurs : 
« Ces sommes ne sont pas non plus sujettes au contrôle du fisc en raison de leur caractère non-imposable et ce dernier aspect n’est pas non plus sans conséquences négatives pour le travail de contrôle sur le patrimoine… »
Quasi inexistant.

Ils observent en outre que l’IRFM fait double emploi à bien des égards : « Parmi les autres indemnités figurent déjà des indemnités de fonction et de résidence, et que des bureaux ainsi que les frais afférents (communications, courriers etc.), mais aussi les déplacements sur la capitale, sont déjà pris en charge en grande partie. Surtout, un système de prêt ou avance sur salaire existe précisément en vue de financer l’achat d’un bien immobilier pour les activités du parlementaire. »
Privilège non négligeable en cette période de crise du logement...

Des propositions ont été faites pour remédier à cette situation (réduction du montant et/ou disparition par incorporation dans le traitement de base avec des versements soumis à conditions/justificatifs et à un contrôle du bon usage des sommes etc.), mais sans suite concrète à ce jour.

Le GRECO s'en étonne mais il n'est pas le seul.
Philippe de Courson itou, député UDI initiateur d'une pétition rassemblant à ce jour plus de 130 000 signataires de tous horizons (
en savoir plus). Laquelle demande instamment aux Présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat « de prendre les mesures nécessaires pour que les Députés et les Sénateurs justifient par des factures la bonne utilisation à des fins professionnelles de leur Indemnité Représentative des Frais de Mandat (IRFM), comme doivent le faire tous les salariés du privé ou du public en matière de frais professionnels. »

Pour appuyer cette salutaire démarche visant légitimement à la transparence et à l'égalité devant l'impôt -> c'est par ici...

trez-notedefrais-elus-2-232x300.jpg



Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
12 février 2014 3 12 /02 /février /2014 00:05

Un coup d'oeil sur les biographies de notre député-maire, accessibles ici et là, sufffit à nous remettre en mémoire que celui-ci assume encore et toujours la présidence du SIVOM de Molsheim-Mutzig et environs.

Bigre, ça existe encore ce machin-truc censé avoir été supplanté, en 1997, par la Com'Com du même nom ?

L'un ou l'autre appel d'offres et différentes délibérations de conseils municipaux du secteur, portant modification des statuts de ce syndicat intercommunal à vocation multiple (dont celle de survivre, apparemment), en attestent.
Ainsi que l'apparition persistante sur nos feuilles d'impôts de taxes locales additionnelles estampillées Sivom, pour cause de gestion par ce dernier d’équipements sportifs ainsi que de conception, réalisation, financement et travaux d’équipements sportifs, de salles polyvalentes, de bâtiments associatifs et de salles des fêtes. 

Coriace donc, l'animal et ce n'est pas faute, pourtant, de s'être fait (gentiment) tirer les oreilles par la Chambre Régionale des Comptes Alsace (CRC) qui, dans un rapport d'observations définitives commis en 2011, appelait de ses voeux une "simplification du paysage administratif sur le secteur de Molsheim" pouvant "se traduire par un renforcement des fonctions de la communauté de communes et une suppression du SIVOM."

Une simplification-extinction qui tarde à se concrétiser, explicite le machin-truc en question, car subordonnée à l'achèvement des ultimes projets portés par le syndicat et corrélativement à l'apurement définitif des emprunts contractés.

Argumentaire d'un classicisme éprouvé qui amena la CRC à observer que "les réponses formulées reviennent à reporter la disparition du SIVOM à une échéance lointaine eu égard aux tableaux d’amortissement des emprunts en cours." Et à constater dans la foulée que "l’endettement est financé par des impôts locaux additionnels levés par le SIVOM sur les seuls contribuables des communes pour lesquelles des équipements ont été réalisés, lesdits équipements et endettements n’apparaissant pas au bilan des communes concernées alors même que cet endettement et ces impôts locaux additionnels sont à la charge des seuls contribuables de chaque commune adhérente et que les équipements, in fine, appartiendront aux communes dont les contribuables les financent." Ouf !

Vous suivez ? OK on continue : dès lors et en conséquence de quoi, énonce la CRC, "la disparition du SIVOM résulterait de quelques jeux d’écritures comptables (transfert des immobilisations et des charges correspondantes à leurs véritables propriétaires) et d’additions d’impositions (supportées in fine par les mêmes contribuables) ; elle rendrait l’ensemble plus lisible et améliorerait la qualité des comptes, des bilans et des ratios financiers de l’ensemble des communes concernées..." Fermez le ban !
Ainsi donc, non seulement la CRC réclame la tête de Laurent Furst du Sivom, mais elle en indique même complaisamment le mode exécutoire...

Fort bien, mais au-delà de cette fatale posologie juridico-comptable, quid dans la vie réelle de sa mise en oeuvre effective, à savoir le sabordage corps et biens de ce rafiot redondant ?
A quand son "envoi par le fond" (et non de fonds), salutaire tant en terme de lisibilité administrative que d'allégement du fardeau des contribuables fiscalement impactés, notamment par les frais de fonctionnement, salariaux et indemnitaires de cette coquille quasi-vide ?

-> Pour le savoir, rendez-vous au prochain épisode : le énième rapport d'observations "définitives" de la CRC, un rien escagassée par l'interminable agonie de ce rouage superflu, ventousé au millefeuille administratif local telle la moule accrochée à son rocher.
mille feuille-1-fa855


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 00:30

Unknown-copie-3.jpeg
Le site de l'Assemblée nationale vient de publier en ligne la répartition de la réserve parlementaire 2013.
A savoir l'utilisation clientéliste par chaque député de l'enveloppe qui lui est allouée au titre de sa circonscription, soit en moyenne un pactole de 130 000 € (voire davantage) à pulvériser ventiler "à bon escient" sur son territoire sous forme de subventions (*).

S'Moshemer blog n'a pas manqué de s'y précipiter, à la recherche détaillée des "arrosages" effectués par le député Laurent Furst aux 4 coins de la 6e circonscription du Bas-Rhin.

Panorama (à chacun d'y retrouver ses petits, ou pas) :
1-Reserve-parlementaire---Assemblee-nationale-1--glissee.jpg

2-Reserve-parlementaire---Assemblee-nationale-2--glissee.jpg
3-Reserve-parlementaire---Assemblee-nationale-3--glissee.jpg

(*) A lire par ailleurs dans le journal "Le Monde" : "Comment les députés ont utilisé les 81,6 millions d'euros mis à leur disposition".


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 09:13

Captés ce jour via les réseaux sociaux, deux textes méditatifs... à méditer :

La "cléricalisation" de la vie politique

« Il reste les habits ; où sont les convictions ?
Celles ci naissent et s'épanouissent quand les deux entrées de l'agir public sont le citoyen et le bien commun.
Elles disparaissent au fur et à mesure que le parcours personnel prend le pas sur le récit collectif et que les référentiels partisans sclérosent la pensée.
Il me semble qu'il s'agit là de deux attitudes qui contribuent au désintérêt des citoyens pour la politique.
Parce qu'ils en sont les grands oubliés. »

Jo Spiegel

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Suivisme

« L’élite de ce pays permet de faire et défaire les modes, suivant la maxime : Je pense, donc tu suis. »

Pierre Desproges

Sauf que... :representant-peuple-konk.jpg
-> En savoir plus...

Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 00:05

3445485_6_32ca_ill-3445485-17d9-reserve-x1d1_f5af6de7b5520b.jpg
Au terme d'un article DNA consacré à l'application des nouveaux rythmes scolaires dans la vallée de la Bruche ("Un modèle à suivre ?"), on apprend que "Barembach s’est vu confirmer une subvention de 40 000 € de l’État pour la construction de son bâtiment dédié aux activités périscolaires. D’autres aides sont en passe d’être ajoutées à celle-ci, de la part de la Région, de la CAF et de la réserve parlementaire du sénateur Ries."

Un socle contributif bientôt renforcé par un coup de pouce complémentaire via la réserve parlementaire du député Furst ? Vurum net ?
Une réserve, quoi qu'il en soit et soit-dit en passant, dont on ne manquera pas de décrypter incessamment sous peu et avec grand intérêt la ventilation détaillée 2013... moyennant publication, nàtirlig !

A défaut d'initiative personnelle en ce sens, le ministère de l'Intérieur ne devrait point s'en priver, comme l'an passé, dans le souci démocratiquement partagé d'une vertueuse transparence en la matière, toujours bienvenue.
Un souci dont la presse, pour sa part et tous médias confondus, ne devrait assurément pas manquer de témoigner le moment venu (avant les Municipales 2014 ?), à l'image des déballages/bilans interactifs 2011 et 2012.
Et bientôt 2013... 


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 09:05

1186815-1.jpegOn aura entendu tout et son contraire concernant le redécoupage des cantons alsaciens : charcuterie fine au scalpel pour les uns, charcutage grossier au hachoir pour les autres, rééquilibrage démographique et paritaire selon les "vertueux", tripatouillage discrétionnaire et dépeçage "à la découpe" aux dires des "hachés", rationalisation en cohérence de la carte électorale, complexification inadéquate du mille-feuille institutionnel, adaptation aux réalités de territoire, travail de sape du cadre de proximité,  und so weiter...

La proximité, justement, parlons-en.
Vu sous l'angle (réducteur ?) du quotidien des gens et au ras des préoccupations (banales ?) de tout un chacun, convenons tout de même qu'
un grand absent (de sous-marque ?) se singularise en filigrane diaphane de tout ce tintouin : l'électeur cantonal lambda de base, une espèce en voie de raréfaction (et pour cause), trimballée d'un canton l'autre à l'insu de son plein gré citoyen, mais au seul gré du mouvement tectonique des chapelles électives.

Quid en effet de ces maillons essentiels et constitutifs du terreau dit de proximité, à savoir les habitants des cantons (re)ciselés en général et leurs électeurs "rattachés" en particulier ?
Leur a-t-on seulement demandé leur avis sur la manip' chirurgicale en cours ? S'est-on jamais inquiété, ne serait-ce qu'un fugace instant, de leurs attentes et ressentis à cet égard, au grand large des alcôves lambrissées de la République ?
Quid de leur perception cantonale et de leurs inclinations géolocales ? 

Sempiternellement réduit en amont à l'état de pâte à (re)modeler, le corps électoral ne jouit guère en aval que de la faculté (réduite aux acquêts) de glisser son bulletin dans l'urne, aux dates et heures indiquées. Pour peu qu'il lui en reste encore l'envie...


 

Repost 0
Published by Stierkopf - dans Démocratie locale
commenter cet article

A l'affiche...

...du cinéma Le Rohan - Mutzig
-> Programmation

le_rohan__470.jpgSoutenez les petites salles !

Observatoire citoyen

Pour suivre votre député à la trace (parlementaire) :
-> cliquez "coucou.je-suis-là.fr"

k5594297
1044315 483847185025194 962985576 n

Le blog à l'international

Pour accéder à la version polyglotte
du blog,
 traduit en 55 langues
modimes et dominantes,
---> actionner la moulinette
__________________________________

vache-loul.gif- Spécimen de Stierkopf -