Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : S'Molshemer blog
  • S'Molshemer blog
  • : Contemplation + ou - critique d'une belle assoupie dans son alcôve territoriale, assortie de coups d'oeil ailleurs...
  • Contact

Profil

  • Stierkopf
  • Retraité de l'enseignement supérieur

Recherche

The ultimate selfie

poleurs.jpg(Dessin Poleurs)

30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 09:25

P1000192
Enfin une bonne nouvelle ! Hormis certains citoyens dûment autorisés (et qualifiés), nul n'avait encore pu pénétrer et déposer son offrande naturelle dans le bunker-toilettes longtemps verrouillé du Parc(king) des Jésuites. Depuis peu, c'est désormais "porte ouverte" au tout-venant de tout un chacun.

On ne va pas s'appesantir, rassurez-vous, sur les tenants et aboutissants subodorés de cette municipale constipation passée. Techniquement trop alambiqué...

Mais vu l'irrépressible attente et les croissants besoins (inassouvis) des usagers impactés, S'Molshemer blog s'apprêtait justement (pure coïncidence) à suggérer, en ces temps de pluie mouillée, l'érection substitutive de toilettes sèches participatives, écocitoyennes et provisoirement durables. 
Histoire de parer au plus pressé... et à une configuration qui n'a en définitive plus rien d'urgentissime.
Tant pis tant mieux -> suggestion à caler toutefois sous nos coudes prospectifs, au cas où...

Car ceci étant, outre les formalités décisionnelles d'usage, il eut suffi en effet de quelques planches de bois, d'un bon paquet de clous, de l'outillage adéquat et surtout d'une tonne de bonne humeur domestique, agrémentée de sciure, de feuilles mortes ou de papier recyclé.
 

Démonstration radiotélévisée :

Repost 0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 18:08

218006309_1.jpg
29 264,21 €, tel fut le prix d'acquisition par la Ville de Molsheim de la sculpture (à taille réelle) de la flamboyante Bugatti "
Type 35 Grand Prix" qui surnage à l'épicentre de la fontaine du Parc(king) des Jésuites.

Une pépite pétrie de bronze que l'on imagine étroitement vidéosurveillée et donc préservée de la convoitise de certains amateurs de "ferraille" juteusement négociable... Idem pour la statue d'Ettore soi-même, coulée dans le même métal puis implantée in situ (à quel tarif déjà ?).

Quant au coût de la fontaine proprement dite, il avoisine les 74 000 €, l'ensemble franchissant ainsi la barre des 100 000 €.

Et les espaces verts ? Globalement 250 000 € et des poussières (sans compter le traumatisme lié à l'
abattage en douce, perpétré en août 2010).

L'installation d'un nouvel éclairage public flirte allégrement avec les 300 000 €, les aménagements de "surface" cartonnant à près de 556 000 € et le poste "
mobiliers et jeux" pointant non loin des 189 000 €.

Le "reste" se dispatche entre maçonnerie, peinture et frais divers, le tout totalisant provisoirement un peu moins de 1 500 000 € (HT) au vu des seules dépenses
2010 et 2011 publiées en ligne ici sur le website municipal.

Reste donc à éplucher les comptes 2012, récemment publiés, pour se faire une idée un peu plus exhaustive du coût total de cette
opération, budgétairement évaluée au départ à 1 535 677 € (HT) mais sanitairement non finalisée, le fort disgracieux bunker-toilettes se refusant toujours à accueillir, pour les soulager, les promeneurs en transit (intestinal) et autres usagers "pressés"...
Un souci dans le choix du carrelage, sans doute. 


Repost 0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 12:00

banc.JPGPetit à petit, le Parc(king) fait son nid. Après l'ultra-sécuritaire cage aux enfants et la très artistique cabane au fond du jardin, voici venir les banquettes bancs métalliques (finement ciselés) à double fonction climato-réversible : 

-> fonction barbecue l'été = cuisson fessière évolutive dès les premières heures chaudes de la journée, avec risque crescendo de carbonisation cutanée en cas de station assise prolongée.
Mode d'emploi : se doter d'un petit coussin isotherme (film aluminium dessus/dessous + rembourrage mousse) et d'une réserve d'eau fraîche pour enrayer toute amorce de déshydratation. A défaut et au stade ultime de la combustion, piquer une tête dans la toute proche fontaine Bugatti (en voie d'excavation).


-> fonction freezer l'hiver = pétrification progressive de l'arrière-train et des membres inférieurs, phénomène dangereusement indolore car générateur à terme d'engourdissement hypothermique.
Mode d'emploi : prévoir kit de dégivrage, couverture isolante, vêtements polaires et café bouillant (thermos), + téléphone portable pour composer le 18 en cas de solidarisation "cul-banc" par voie de co-surgélation des matières en contact.
A défaut, il restera toujours la solution du chalumeau. Ou le désossage de la structure.


Petit "bonus" ergonomique supplémentaire, l'absence de dossier interdira tout avachissement coupable du promeneur fatigué, astreint à une digne posture "assise-debout", droit comme un i.
Un détail spartiate sans doute destiné à fluidifier la fréquentation des bancs semés ici et là (haro sur les "ventouses" !).
Et à drainer en fin de parcours les flâneurs "assis-debout" vers les ostéopathes et/ou chiropracteurs du secteur, pour soins lombaires (en position couchée) dans la foulée.


En résumé, s'il n'est pas interdit d'admirer au passage le design dentelé (et coince-doigts) de ce sympathique mobilier, voire de l'investir en l'état et d'y stationner pour souffler, fût-ce dans un inconfort momentané, il sera formellement exclu d'y séjourner indéfiniment hors conditions météorologiques tempérées, d'y lire, écrire, dessiner, converser ou pique-niquer confortablement adossé, de s'y bécoter sans chavirer, d'y somnoler (sauf allongé), et d'en jouir en somme dans la durée...

Moralité : randonnée prolongée dans le Parc(king) = sièges camping, chiliennes, mini-hamacs et fauteuils nomades persos sont vivement recommandés !  

NB : parasols temporairement tolérés, suite à la funeste déforestation perpétrée à l'ombre du mois d'août 2010...


Repost 0
8 juin 2011 3 08 /06 /juin /2011 07:00

P1000192.JPG
Mais quel est donc cet étrange parallélépipède oxydé, échoué à quelques encablures de l'église des Jésuites et
de la chapelle Notre-Dame, et à un jet de bénitier de la Chapelle des Enfants de Marie ?

-> Une baraque de chantier désaffectée ?
-> Un container égaré par le Sélect'om ?
-> Un transformateur hors d'usage ?
-> Un module d'isolement disciplinaire (près de la "cage aux enfants") ?
-> Une oeuvre minimaliste du sculpteur Richard Derrida ?
-> Le piédestal pré-installé de la future statue du "Patron" Bugatti ?
-> Ou alors, soyons fous, le socle destiné à exhiber au grand jour le trophée du "Clou rouillé" récemment décerné à la cité ? 

Rien de tout cela, à vrai dire, la fonction de ce mystérieux cube rectangulaire se révélant en fait, après enquête approfondie, d'ordre strictement utilitaire pour ne pas dire physiologiquement sanitaire. Et dont la vocation sociale se résume en deux mots bientôt clairement affichés au fronton de l'édifice : Toilettes publiques... destinées aux futurs usagers du Parc(king) des Jésuites en phase ultime d'aménagement (reste à creuser la fontaine, soit-dit en passant).

Structurellement bétonné, l'ouvrage s'est progressivement glissé dans une deuxième peau constituée de panneaux extérieurs "décoratifs" en bardage acier Corten (nom de marque), alliage auto-patinable (sans entretien) à corrosion superficielle forcée (aspect rouillé), habituellement utilisé dans la construction navale, et plus récemment immobilière, en raison de sa résistance avérée aux aléas climatiques et au vieillissement. Bingo pour la maintenance !

Alliage utilisé également dans l'art et notamment en sculpture d'extérieur : vu sous l'angle purement artistique, le patrimoine architectural de Molsheim se trouvera ainsi enrichi d'une oeuvre audacieuse dont la contemporanéité, sur fond d'environnement gothique, ne manquera pas de décoiffer les moins "avertis"... et d'alimenter les conversations dans les chaumières et sur le "zinc".

Quoiqu'il en soit, les esthètes affirment d'emblée se délecter à l'avance des tonalités changeantes de ce matériau en perpétuelle mutation, variant de l’ocre au brun en transitant par le cuivré. Le mariage de l'art et du fécal métal, en quelque sorte...

Mais peu importe finalement le design de l'ouvrage en surface, pourvu que l'on puisse y avoir régulièrement accès, en sous-face et dans la durée, pour l'usage prosaïquement domestique que l'on sait. Après inauguration (en grande pompe ?) de cette version insolemment revisitée de la "cabane au fond du jardin" (municipal).


Repost 0
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 03:00

barriere.JPG
Non, il ne s'agit point ci-dessus du sinistre pénitencier de Sing Sing ou de l'inviolable prison de Rikers Island, mais... d'une aire de jeux.

En tête de son dossier en ligne consacré à ce type d'équipement, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) convient que "les aires collectives de jeux sont des lieux d'épanouissement pour les enfants". Mais également des lieux à risques : "Si tous les risques ne sont pas évitables, beaucoup le sont néanmoins, à condition que chacun soit bien conscient de ses responsabilités et les assume pleinement...", précisant en sus que "l'apprentissage du risque doit se faire sous la surveillance des adultes qui accompagnent les enfants, parents et éducateurs".

Une mise en garde captée 5 sur 5 par la mairie de Molsheim, qui en assume sa part en déclinant stricto sensu ces prudentielles recommandations dans le Parc(king) des Jésuites, désormais doté d'un concept ludique innovant : l'aire de jeux ultra-sécuritaire et bizarrement trapézoïdale, confinant bientôt les ébats de nos chers bambins (tranche 2 à 8 ans) dans un enclos restreint (et très ensoleillé) d'environ 100 m2 (en comptant large). Le tout solidement clôturé par une grille (couleur chocolat mais sans le goût ni l'arôme) au barreaudage entrelacé du plus carcéral effet.

100 m2, soit environ 1 % de la surface globale de l'aménagement "paysager" en cours, à vue de nez 10 000 m2, aires de parking comprises (les aménageurs rectifieront...). Ratio dont on n'ose imaginer qu'il corresponde au taux/niveau d'intérêt porté par nos élus à la petite et moyenne enfance molshémienne.

100 m2, en tout cas, qui ne pourront guère accueillir simultanément et sans péril qu'un effectif très limité de mouflets, les accompagnants n'ayant accessoirement que le recours de s'agglutiner raisonnablement sur le pourtour extérieur de la cage aux petits fauves. Sauf "blitz-incursion" de force majeure et dûment motivée sur la piste capitonnée (amortissante) de l'arène, via les portillons-sésames d'accès... Ou au pire en mode commando "saute-barrière", version "parcours du combattant" qui rappellera de militaires souvenirs aux papis de permanence (gare aux gamelles !).

Coup d'oeil sur les "meubles", tant qu'on y est, à savoir la classique tour composée des habituels éléments. Tout semble bien en place : le plateau d'accueil proprement dit, accessible via son échelle tord-cheville en quinconce et assorti de modules passablement casse gueule escarpés -> le mini-mur d'escalade, le filet-chimpanzé, la passerelle suspendue et l'inoxydable toboggan (double vague) pour l'éjection finale. 

En immédiate périphérie, les plus petits, expulsés de la tour par les plus grands, auront tout loisir de se rabattre sur les 2 uniques balançoires statiques (à ressort) disponibles et de s'en disputer chaudement le monopole


Bref, du western en perspective...
Et un plaisir prospectivement mitigé à fréquenter "cette nouvelle aire de jeux qui comblera de joie les enfants et leurs parents" (dixit Le Molshémien n° 56, printemps 2010, page 9).

Cliché panoramique avant déverrouillage officiel de la cage aux enfants :cage

Repost 0
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 05:45

PICT2423Après la séquence d'abattage en douce à la faveur du mois d'août, le chantier de réaménagement du Parc des Jésuites (coût provisoire) suit son cours, "tambour battant" martèle le Maire (source DNA).
Faute d'avoir été impliqués plus en amont dans sa conception originelle, et hormis l'information délivrée dans le numéro 56 du bulletin municipal (pages 8 et 9), les Molshémiens en sont réduits à découvrir progressivement de visu, au fil des travaux, les véritables contours de l'opération et à en supputer les circonvolutions à venir...

En clair, ce n'est pas tant l'idée (un bonne idée) qui fait problème, que le mode opératoire qui cloche.

Fruit d'une "intense réflexion (dans quel cadre et à quel niveau ? ndlr) aboutissant à la refonte complète du fonctionnement du site"... "ce véritable poumon vert proche du centre-ville saura répondre aux attentes des usagers" peut-on lire dans le périodique précité.  
Des attentes dûment identifiées ? Car gouvernance pyramidale de la cité oblige (du "haut" vers le "bas"), nulle démarche participative ne semble, à ce que l'on sache, avoir associé ouvertement les habitants à l'élaboration, dans toutes ses phases, de ce projet d'amélioration de leur cadre de vie.  

Sans nier les compétences des élus et des techniciens, il n'eût pas paru loufoque de s'inquiéter*, dès la germination du projet, des usages et besoins des habitants en la matière, de croiser les intelligences, le vécu des uns et des autres (parents, jeunes et moins jeunes, lycéens riverains, acteurs associatifs, séniors, boulistes voire promeneurs de chiens...) ainsi que leur pratique ou "expertise" d'usagers. Et d'y adapter les services municipaux ad hoc.
*De s'en inquiéter publiquement s'entend, dans le cadre d'instances "vivantes" et ouvertes de concertation, de réflexion, de proposition et de partage de compétences. Et non dans le seul cénacle de telle commission statutaire municipale, briefée par tel paysagiste ou bureau d'étude.

Conditionné (depuis des décennies en fait) par cette organisation "descendante" de l'action municipale, l'usager lambda, cible-bénéficiaire mais non clairement invité à en débattre, se résignera au final à "consommer" tel quel le produit fini, brut de décoffrage. 

Avec satisfaction (on l'espère) ou... frustration, éventuelle rançon d'un système qu'il faudra bien un jour "bousculer", pour lui faire accepter que tout citoyen puisse faire entendre sa voix, s'il le souhaite et dans un cadre concerté, à chaque étape d’un processus public : information, élaboration d’un projet, réalisation d’une action locale, suivi et évaluation des politiques mises en œuvre.  
Ce tout au long du mandat en cours, et non une fois tous les six ans en glissant son bulletin dans l'urne...



Repost 0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 18:58

Il s'agit du montant total (provisoire) en euros du coût de l'opération : "Aménagement du parc de l'Avenue de la Gare" à Molsheim (Parc des Jésuites), réparti sur les 4 lots attribués suivants :
Lot 1 : aménagement de surface pour un montant de 746 628,95 €.
Lot 2 : Eclairage pour un montant de 341 514,24 €.
Lot 3 : Espaces verts pour un montant de 196 392,04 €.
Lot 4 : Mobiliers - Jeux pour un montant de 251 142,06 €.
Soit au total la coquette somme de 1 535 677 € (on vous fait grâce des centimes).

(Source DNA du 1er septembre 2010, rubrique "Insertions administratives, légales  et judiciaires").
---> Pour en savoir plus (nom des entreprises "gagnantes"), consulter le site Est-Legales.com (téléchargement pdf). 

chiffres debat public3

Repost 0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 17:05

tn molsheim0140L'abattage estival (rondement mené) des arbres du parc des Jésuites à Molsheim, à l'ombre du mois d'août et sans crier gare, a frappé tant par son ampleur que par le caractère pas trop "franc du collier" de l'opération, plaçant brutalement le citoyen lambda devant le fait accompli.

S'il existe d'impérieuses raisons d'ordre technique motivant objectivement ce choix pour le moins radical, pourquoi ne pas en faire état explicitement in situ ?


Pour ce faire, il est encore temps de pallier à ce malencontreux (?) déficit de communication via l'implantation de panneaux clairement descriptifs des aménagements en cours et à venir, assortis de visuels prospectifs (à l'image de ce qui s'est fait en marge du chantier mené dans l'enceinte du lycée voisin).

Histoire de rassurer un tantinet les plus effarouchés d'entre nous...

Allez hop la Com municipale, au boulot !  (-_-)


 

Repost 0

A l'affiche...

...du cinéma Le Rohan - Mutzig
-> Programmation

le_rohan__470.jpgSoutenez les petites salles !

Observatoire citoyen

Pour suivre votre député à la trace (parlementaire) :
-> cliquez "coucou.je-suis-là.fr"

k5594297
1044315 483847185025194 962985576 n

Le blog à l'international

Pour accéder à la version polyglotte
du blog,
 traduit en 55 langues
modimes et dominantes,
---> actionner la moulinette
__________________________________

vache-loul.gif- Spécimen de Stierkopf -