Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : S'Molshemer blog
  • S'Molshemer blog
  • : Contemplation + ou - critique d'une belle assoupie dans son alcôve territoriale, assortie de coups d'oeil ailleurs...
  • Contact

Profil

  • Stierkopf
  • Retraité de l'enseignement supérieur

Recherche

The ultimate selfie

poleurs.jpg(Dessin Poleurs)

11 octobre 2017 3 11 /10 /octobre /2017 11:04

Dans la série "prescience et divination"

Hier 10 octobre, le Chournal s'était quelque peu aventuré à prédire, sur une quasi pleine page (avec photo couleur), une forte mobilisation de fonctionnaires potentiellement grévistes dans le secteur de Molsheim et environs. Especially au sein de l'Education nationale...

Résultat des courses, une "moyenne" voire faible mobilisation discrètement relatée comme telle ce jour, dans un coin de page moins exposé (et sans photo) du cahier local (cf le montage ci-dessous).

Bref, il y a loin de la coupe aux lèvres... En clair, le Grand Soir de la Fonction publique, ce n'est pas demain la veille en bord de Bruche... (-_-)

 

Repost 0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 10:01

Produire soi-même ce dont on a besoin au quotidien, tel est le leitmotiv de la chaîne youtube Ma Ferme Autonome* qui a pour objectif d’aider à produire sa propre nourriture, à s'approvisionner en eau sans être raccordé au réseau de distribution, à conserver du beurre sans frigo, à pratiquer l'artisanat domestique et familial, produire son énergie électrique, etc.

Bref, être responsable de ses choix, évaluer ses besoins, travailler pour vivre et non vivre pour travailler et consommer à outrance.

Et ce moyennant, en guise de prix à "payer", de la motivation, du courage, de la patience et l’envie d’apprendre.

Vidéo-explication (durée 11:33) :

-> Autres vidéos
* Source Chaîne YouTube : Ma ferme autonome

La libération par l'autonomie ?
Repost 0
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 14:49

« Comme l’humour et la satire,
les utopies ouvrent les portes de l’esprit,
et c’est en cela qu’elles sont vitales. »

A contre-courant du pessimisme ambiant, et n'en déplaise aux déclinologues patentés, Rutger Bregman revisite dans l'ouvrage ci-dessus des idées réputées "utopiques" mais selon lui applicables à court terme :

« Ouvrir grand les frontières, une semaine de travail de quinze heures, le revenu de base universel… Des idées naïves et dépassées ou bien la force de l’utopie renouvelée ? Résolument anti-décliniste, "Utopies réalistes" tombe à pic et nous explique comment construire un monde idéal aujourd’hui et ne pas désespérer ! D'une ville canadienne qui a totalement éradiqué la pauvreté à l’histoire d'un revenu de base pour des millions d'Américains sous Richard Nixon, Rutger Bregman nous emmène dans un voyage à travers l'histoire et, au-delà des divisions traditionnelles gauche-droite, défend des idées qui s’imposent par la force même de l’exemple et le sérieux de la démarche historique. Tout progrès de la civilisation – des débuts de la démocratie à la fin de l'esclavage – fut d’abord considéré comme un fantasme de doux rêveurs. »

Appuyé sur les travaux d’Esther Duflo, Thomas Piketty, David Graeber, etc., cet essai tonifiant décrypte sans tabous la réduction du temps de travail, le revenu universel, plus largement la lutte contre la pauvreté et la réduction des inégalités, la taxation des flux financiers, et enfin l'ouverture des frontières.

« Si vous ne supportez plus les prophètes du malheur, vous devez lire ce livre ! » Evening Standard

Historien, journaliste pour le magazine en ligne De Correspondent, Rutger Bregman a publié quatre livres sur l'histoire, la philosophie et l'économie. Formidable succès aux Pays-Bas, Utopies réalistes est en cours de traduction dans 17 pays et depuis sa sortie au Royaume-Uni est dans la liste des meilleures ventes.

Paru en août 2017 aux Editions du Seuil (Sciences Humaines) - 20.00 € - 256 pages - Lire un extrait (PDF).

(Info-source)

Repost 0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 14:32

Mettre la confiance au coeur du travail,
et l'humain au coeur du système

Paru le 22 mars 2017 aux éditions Flammarion (18,00 €), le livre d'Alexandre Gérard (*), "Le patron qui ne voulait plus être chef", plaide pour libérer l'entreprise de sa hiérarchie.

Présentation par l'éditeur :

"Trois cents salariés, 21 millions de CA : s'il n'a pas démarré par la grande porte, à 36 ans Alexandre Gérard est l'heureux patron d'un groupe florissant. Mais en 2009, il est frappé de plein fouet par la crise et bientôt contraint de licencier. Comment redresser la barre et motiver des troupes désormais tétanisées ?

C'est alors qu'il décide de révolutionner son mode de management en vertu d'un principe fort : un salarié épanoui est plus performant qu'un salarié fliqué et infantilisé. Cessant de diriger à coups d'interdits et de procédures, il apprend à faire confiance - à partager avec ses équipiers l'information et la prise de décision, à solliciter la créativité de tous, supprimant au passage les signes de pouvoir. Symbole suprême de la révolution en cours : alors que s'ouvre l'épineux chantier des rémunérations, Alexandre part faire le tour du monde...

Devenu aujourd'hui l'un des principaux acteurs de l'entreprise libérée, il raconte son "grand saut" : les rencontres qui l'ont inspiré, les étapes de sa démarche, ses écueils aussi... Et surtout, la nécessaire et profonde transformation du patron lui-même.

Un témoignage vivifiant, qui accompagnera tous les managers soucieux de remettre l'humain au coeur du système."

(*) Alexandre Gérard est président de Chrono Flex et du groupe Inov'On. Membre de la deuxième génération d'entreprises libérées, il accompagne aujourd'hui les dirigeants qui s'engagent dans le processus, convaincu pour sa part que, dans moins de cinq ans, le monde de l'entreprise aura massivement basculé vers des organisations de confiance.

Vidéo :

Repost 0
8 avril 2017 6 08 /04 /avril /2017 08:39

Une caravane sillonne actuellement l'Hexagone (Alsace comprise) pour présenter le R.U.E. - Revenu Universel d'Existence, mesure phare du programme de Benoît Hamon. Elle sera de passage à Strasbourg ce lundi 10 avril (cf affiche ci-dessous).

Avoir de la visibilité sur ses revenus et percevoir un salaire juste permet d'être inclus dans la société. Le Revenu Universel d'Existence tel que proposé par Benoît Hamon est annoncé comme un "nouveau pilier de la protection sociale du XXIe siècle et le meilleur ami du travail, mais du travail mieux payé et moins subi" (cf vidéo sous l'affiche).

Le Hamon Tour à Strasbourg

En savoir plus -> R.U.E.

Le Hamon Tour à Strasbourg
Repost 0
31 mars 2017 5 31 /03 /mars /2017 07:29

La Sécu vue par les Belges
Transposable en France (nous sommes cousins)...

En savoir plus sur le "trou": -> penchez-vous...

Ceci n'est pas un trou !
Repost 0
23 mars 2017 4 23 /03 /mars /2017 11:05

Déjà adoptée par cinq régions et quelques départements (notamment le Haut-Rhin, source DNA), c'est peu dire que la clause dite « Molière » exhale des relents pour le moins discriminatoires, excluant de fait tout ouvrier ne parlant pas français.

Subterfuge argumentaire articulé, avec le concours actif de certains dirigeants LR (cf Eric Straumann), au nom de la défense de la sécurité au travail (sic !), elle contribue in fine à damer la piste à l'abject concept dit de "préférence nationale", défendu par le FN.

Concernant les positionnements LR sus-mentionnés, on notera tout de même au passage que la clause Molière « n’est pas un bon signe dans un territoire qui se veut européen », selon Frédéric Bierry (président du CD67) interrogé sur le sujet. Lequel ne s'inscrit donc pas dans la foulée de son homologue haut-rhinois...

Mauvais signal également pour les ouvriers concernés mais clin d'oeil racoleur aux franges d'électeurs les plus xénophobes, c'est aussi un boulevard ouvert  à Marine Le Pen qui, en cas de victoire à la présidentielle, a déclaré vouloir procéder à une consultation nationale sur les conditions d’entrée et de séjour des étrangers, sans oublier les conditions d’acquisition de la nationalité. Et ce en caressant, en son sens le moins ragoûtant, le poil des citoyens les plus "réceptifs".

Ceci dit, si la sécurité dans les entreprises apparaît à l'évidence comme fondamentale, elle suppose, plutôt qu'une clause linguistique dévoyée, un développement renforcé des pouvoirs des comités d’hygiène, de sécurité des conditions de travail (CHSCT), l'intervention d'inspecteurs du travail plus nombreux et l'appui accentué d'une médecine du travail dotée de véritables moyens et droits d’intervention. Et des syndicats davantage impliqués. Autrement dit un code du travail encore plus protecteur, a contrario de la loi El Khomry.

Quant à la volonté prétextée de lutter, via la clause Molière, contre les abus et autres effets pervers du travail détaché (dumping social...), elle ne dépassera guère le stade incantatoire tant que subsistera la surexploitation des travailleurs concernés par des agences sous-traitantes agissant la plupart du temps en toute impunité pour la plus grande satisfaction des grandes entreprises.

Une copie à revoir impérativement, donc, afin que les travailleurs détachés puissent bénéficier, objectivement et en toute clarté, de tous les droits sociaux du pays d’accueil, en termes de salaire et de protection sociale.

Et une nécessaire remise dans les clous d'une Europe que l'on souhaite plus que jamais ouvertement et authentiquement "sociale". Et solidaire.

 

Repost 0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 15:17
De l'utilité publique de l'entreprise...

L’agence Terre de Sienne a conçu et réalisé avec l’IFOP une enquête auprès des Français sur leur perception de l’utilité de l’entreprise, ainsi qu’un palmarès exclusif des entreprises les plus utiles à leurs yeux.

En tête de peloton… -> le service public, personnifié en l'occurrence par les groupes La Poste, SNCF et EDF, qualifiées dans le rapport d'enquête "d'entreprises qui assurent une mission de service public ancrée dans le quotidien des Français et qui ont longtemps bénéficié d’un monopole (parfois disputé, ndlr) les rendant incontournables pour les usagers et les citoyens."

Cela étant, on est content(s) pour les postiers, les cheminots et les agents EDF, parfois injustement vilipendés par une opinion publique épisodiquement versatile.

Un classement globalement rassérénant donc, mais qui ne se limite pas, loin de là, au podium-tryptique ci-dessus -> vidéo-synthèse...

- Télécharger les résultats de l'étude (pdf, 142 ko).

- Télécharger l'annexe de l'étude (pdf, 1524 ko).

De l'utilité publique de l'entreprise...
Repost 0
Published by Stierkopf - dans Social - Economie
commenter cet article
30 août 2016 2 30 /08 /août /2016 08:44

On parle beaucoup du lait en ce moment. De son prix surtout, et ce dans un contexte concurrentiel mondial exacerbé par "l'enchaînement" que l'on sait : consommation en baisse, surproduction en hausse, chute des cours et précarisation en conséquence des producteurs de lait "conventionnel" (alors qu'à l'inverse, le lait bio ne se porte pas si mal)…

Bref une configuration compliquée qui appelle, pour être saisie dans toutes dimensions, un "brossage" plus en profondeur des problématiques clés, sociétales et environnementales liées à la filière lait française, chiffres à l'appui.

Une méta-étude en quelque sorte à laquelle se colle bien volontiers Marguerite, qui nous en touche un meuh voire deux en 8 minutes et 47 secondes… :

Info-source sur le website du Basic (Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne) : "L'histoire de Marguerite, ou les impacts sociétaux de la filière lait française". 

L'impact du lait
Repost 0
Published by Stierkopf - dans Social - Economie
commenter cet article
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 10:34
Molsheim : la CPAM s'estompe...

Le point d'accueil "Sécurité sociale" molshémien s'estompe, non pas derrière la frondaison ci-dessus mais dans les méandres d'une restructuration qui s'annonce drastique, et dont l'épilogue se profile dès septembre prochain.

Après le "remodelage" voire la disparition pure et simple de points d'accueil CPAM en Alsace et ailleurs, celui de Molsheim s'apprête en effet à réduire considérablement sa voilure au fil des étapes suivantes :

- Déménagement hors les murs de son actuel siège de la rue Saint-Georges (immeuble mis en vente) et délocalisation dans des locaux plus exigus sis dans la zone d'activités Ecospace (Ecoparc), où il côtoiera d'autres services publics externalisés (Impôts, Pôle Emploi, Gendarmerie, SDIS-pompiers…).

- Maintien dans les nouveaux locaux d'effectifs plus que restreints (2 agents contre une trentaine auparavant !), chargés d'assurer une permanence téléphonique a minima et d'organiser un accueil forcément réduit ("réorientation" ?), exclusivement sur rendez-vous. 

- Transfert de tous les autres personnels en direction d'autres services et points d'accueil redimensionnés (Strasbourg, Illkirch et autres…).

Bref, il ne s'agit donc pas à proprement parler de "fermeture" (du moins ouvertement et dans l'immédiat) mais incontestablement d'une amorce de "repli" opérationnel allant de pair avec la numérisation croissante des tâches : dématérialisation des dossiers et procédures, multiplication des bornes multiservices, robotisation, websurfing (www.ameli.fr), télétravail...

Autant de mutations technologiques censées "améliorer la qualité de service" mais flirtant aussi (et surtout ?) en filigrane avec les politiques d'austérité budgétaire en vogue et dans l'air du temps (la sacro-sainte "réduction des coûts"...).

Ceci dit et outre les turbulences que l'on imagine, traversées par les agents "déplacés" à l'insu de leur plein gré, c'est assurément l'ensemble des assurés concernés qui se voient ainsi impactés pour ne pas dire pénalisés par cette "évolution". En termes de proximité et donc d'accessibilité égalitaire à ce maillon essentiel d'accès à la santé. Et aux soins. Sans parler de la fracture numérique, toujours prégnante notamment au sein des générations les plus âgées, mais pas seulement. 

Avec en prime et en corollaire l'accentuation, s'il en était encore besoin, du phénomène de dévitalisation insidieuse du bourg-centre, déjà fort éprouvé en la matière (cf notre post "Commerces de proximité : quelle politique" ?). 

Qu'en pense-t-on du côté de la place de l'Hôtel de Ville de Molsheim ?

Repost 0
Published by Stierkopf - dans Social - Economie
commenter cet article

A l'affiche...

...du cinéma Le Rohan - Mutzig
-> Programmation

le_rohan__470.jpgSoutenez les petites salles !

Observatoire citoyen

Pour suivre votre député à la trace (parlementaire) :
-> cliquez "coucou.je-suis-là.fr"

k5594297
1044315 483847185025194 962985576 n

Le blog à l'international

Pour accéder à la version polyglotte
du blog,
 traduit en 55 langues
modimes et dominantes,
---> actionner la moulinette
__________________________________

vache-loul.gif- Spécimen de Stierkopf -