Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : S'Molshemer blog
  • S'Molshemer blog
  • : Contemplation + ou - critique d'une belle assoupie dans son alcôve territoriale, assortie de coups d'oeil ailleurs...
  • Contact

Profil

  • Stierkopf
  • Retraité de l'enseignement supérieur

Recherche

The ultimate selfie

poleurs.jpg(Dessin Poleurs)

20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 09:49

Vous avez le droit de vote et souhaitez donner un autre sens à celui-ci ? Pourquoi ne pas voter en binôme avec un étranger vivant dans le pays depuis plusieurs années, y travaillant et y acquittant ses impôts, mais n'ayant pour autant pas la possibilité d'exercer ce droit ?

Le collectif Alter-votants intervient dans ce sens en offrant à tous les Français, abstentionnistes ou indécis, voire déçus du système électoral, d’entrer en relation avec les étrangers vivant sur le territoire pour alter-voter en symbiose.... Une démarche légale servie par une plateforme d'échanges personnels en ligne, via laquelle des binômes peuvent se former par affinité.

Comment ça marche ? - > Alter-votants

(Info-source)

Indécis ? Alter-votez !
Repost 0
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 05:00

Après le mariage pour tous,
le droit de vote pour tous ?
droit-de-vote.jpg
Le Conseil des résidents étrangers de Strasbourg
et le collectif "D'ailleurs nous sommes d'ici"
appellent à la mobilisation le samedi 25 mai pour le
droit de vote et d'éligibilité des résidents étrangers
aux élections locales.

14h à 17h : occupation festive de la place d'Austerlitz,
18h à 20h : débat au cinéma l'Odyssée.

Notez la date du 25 mai dans votre agenda, et faites tourner l'information... 

Toutes les villes membres du réseau CoFraCiR (Conseil Français de la Citoyenneté de Résidence) seront mobilisées au même moment. Mobilisation nationale et locale pour un droit qui est aussi un projet de société !

tract_droit_de_vote_3_ok2.jpg((Cliquer sur l'image pour l'agrandir)

tract_droit_de_vote_3_ok2-copie-1.jpg

Repost 0
Published by Stierkopf - dans Vote des étrangers
commenter cet article
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 08:28

vote-etrangers.jpg50 intellectuels et parlementaires interpellent le président de la République, François Hollande, sur le droit de vote des étrangers, via un Appel lancé par la sénatrice Esther Benbassa.

Extrait : 

"Généreuse, la République se doit de donner de nouveaux moyens d’expression à ceux qui prennent part, au quotidien, à la vie de la Cité, qui contribuent à ses ressources, et qui respectent ses lois.

Terre d’accueil, la France se doit de tenir compte des racines créées, par-delà la nationalité, par ceux qui y vivent depuis des années, parfois depuis des décennies. 

Pluriel, notre pays se doit de reconnaître un nouveau type de citoyenneté, qui ne soit pas uniquement le fruit de la nationalité.

L’extension du droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales aux étrangers non européens concernerait environ 2,3 millions d’étrangers, dont 1,8 million y résidant depuis plus de cinq ans. Son adoption permettrait enfin de mettre un terme à des asymétries choquantes entre les étrangers non européens, qui sont parfois résidents de longue date sur le sol français, et les étrangers communautaires, disposant eux, sans condition de durée de résidence, du droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales.

Nous comptons sur vous, Monsieur le Président."

-> Lire le texte intégral et signer la pétition : a voté ! 

 


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Vote des étrangers
commenter cet article
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 17:00

6i4oz-logo_du_cre.jpgLe webzine "lagazettedescommunes.com" a publié, dans son édition en ligne du 8 mars 2012, un article consacré aux activités du Conseil des résidents étrangers de Strasbourg (CRE).

Un coup de projecteur qui tombe à pic en ces temps d'errements populistes qui empoisonnent le climat politique dans l'Hexagone, du plus haut sommet de l'Etat jusqu'au ras du zinc du bistrot du coin.

Quelques citoyens membres du CRE témoignent, via La Gazette.fr, de leur volonté de ne plus être des "citoyens de seconde zone" et de s'intégrer dans la vie locale sous toutes ses facettes :

"A Strasbourg, en attendant le droit de vote, les étrangers ont leur assemblée

Le droit de vote des étrangers (hors UE) aux élections locales, porte ouverte au communautarisme : l'idée fait bondir au CRE de Strasbourg, où ceux qui ne veulent plus être des "citoyens de seconde zone" s'impliquent dans la vie municipale.

« En trois ans, au sein du Conseil, il n’a pas été question une seule fois de viande halal dans les cantines ou d’horaires de piscine réservés aux femmes », s’agace Farid Slimani, un Algérien de 29 ans, porte-parole de cette instance créée en 2009 par la municipalité de gauche.

Un « risque communautaire » infondé - Pour ce docteur en pharmacie, fraîchement diplômé à Strasbourg où il vit depuis 2005, le « risque communautaire » brandi jeudi 8 mars par Nicolas Sarkozy est infondé. « Il y a un risque que cette communauté étrangère voudra faire entendre des revendications communautaires », a expliqué le président-candidat sur RMC/BFMTV.

« Au CRE, il y a des gens qui viennent du monde entier et pas seulement des musulmans, et nous débattons de questions d’intérêt commun, de lutte contre les discriminations, d’accès au logement, c’est tout le contraire du communautarisme », explique M. Slimani.

Démocratie locale - Le Conseil réunit 40 résidents étrangers hors UE et une soixantaine d’associations. En attendant un éventuel droit de vote, son objectif est de promouvoir une « citoyenneté de résidence » en donnant la possibilité de participer à la vie municipale.

La capitale alsacienne fait figure de pionnière : son maire, Roland Ries (PS), est à l’initiative du réseau des CRE existant dans une douzaine de villes (le CoFraCiR) et d’un appel des maires pour le droit de vote des résidents étrangers en France, lancé en 2010.

« Cet appel est une grande fierté, c’est un projet dont nous lui avions parlé et qu’il a repris », se félicite Patricia Garcia de Poillerat, membre mexicaine du CRE, qui selon elle « redonne une dignité à ceux qui sont parfois considérés comme des citoyens de seconde zone ».

Parler des problèmes - « Avec nos origines, nous sommes les porte-paroles de gens qui n’ont pas l’habitude de parler, ça permet d’avoir une vision plus claire de certains problèmes qui concernent tout le monde », plaide cette femme de 59 ans arrivée à Strasbourg il y a près de 30 ans, très impliquée dans la vie associative.

Depuis 2009, le CRE a pu donner son avis sur plusieurs dossiers municipaux et faire des propositions notamment sur la diversité culturelle ou l’accès au logement. « Nous avons par exemple obtenu d’avoir un représentant au Conseil d’administration du bailleur social de la ville », souligne Serge Moundounga, un Gabonais de 34 ans installé depuis 2008 à Strasbourg.

« On montre ici que les résidents étrangers s’impliquent dans la vie locale : au nom de quoi ne peuvent-ils pas voter, alors que c’est un outil d’intégration ?, s’interroge-t-il. L’argument de la nationalité ne tient pas puisque ceux qui viennent d’un pays de l’UE ont ce droit ».

Les vertus du dialogue - Au sein du conseil, il a pu y avoir « des tentatives de propositions communautaristes par certaines associations », reconnaît Anne-Pernelle Richardot (PS), adjointe en charge de la citoyenneté. « Mais le mélange, l’échange et le dialogue politique ont permis de les écarter », estime-telle.

« Dire à un étranger qu’il n’a pas le droit de participer à la vie municipale, c’est le pousser à se replier sur sa communauté », plaide-t-elle... […]

- La Gazette.fr -


Ça tombe sous le sens, n'en déplaise au président-candidat qui s'échine, de façon récurrente, à enfumer ses concitoyens à coup d'arguments "civilisés"... à la sauce Guéant.

En attendant le droit de vote des étrangers... dans le sillage du 6 mai 2012 !


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Vote des étrangers
commenter cet article
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 10:38

Droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers non communautaires aux élections locales : pourquoi la France doit franchir cette étape.

Précédant de peu la récente intrusion stéréophonique et fort peu oecuménique, pour ne pas dire pitoyable, du Cardinal de l'Intérieur et de son mentor élyséen dans ce débat sensible ("Sarkozy vote Guéant"), le Conseil des résidents étrangers de Strasbourg (CRE) avait appelé de ses voeux, fin février dernier, un "sain débat démocratique" en la matière.

Objectivement, à entendre les déclarations corrosives et pour le moins bassement clivantes émises ce week-end au plus "haut" niveau de l'Etat, cette aspiration n'est pas près de trouver une oreille positivement attentive auprès du président-candidat électoralement aux abois, et de son ministre des basses oeuvres cultes...

S'Molshemer blog juge utile, dans ce contexte et à sa modeste échelle (les petits ruisseaux...), de reproduire ci-dessous in extenso (bis repetita...) la très constructive déclaration de Farid Slimani, Porte-parole du CRE (27.02.2012) :

"A moins de 3 mois des élections présidentielles, la question du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales s’impose comme un sujet fort de la campagne
Malheureusement, loin d’ouvrir un sain débat démocratique, certains candidats se servent de cette question pour instrumentaliser les peurs des français et pour humilier davantage une catégorie de la population déjà stigmatisée par de nombreuses dérives (pour exemple, les récents propos de monsieur Guéant sur de supposées inégalités entre les civilisations).

Ainsi, Nicolas Sarkozy, après avoir changé d’avis sur la question, affirme, sans l’étayer, un parallèle entre le droit de vote des résidents étrangers aux élections locales et la montée des communautarismes. Dans un raccourci saisissant, il évoque, pêle-mêle, les cantines halal et les piscines réservées aux femmes, comme si la participation des étrangers à la vie de la cité pouvait se réduire à la défense de tel ou tel particularisme culturel. Il brandit ainsi le chiffon rouge du vote « ethnique », alors qu’aucune des études menées dans les pays ayant ouvert le droit de vote aux étrangers n’a confirmé cette tendance.

Prenons un peu de hauteur ; le droit de vote des étrangers est loin d’être une pratique isolée ou exceptionnelle : plus d’un pays sur 3 dans le monde, au moins 10 Etats membres de l’Union européenne ont, selon différentes modalités, ouvert le droit de vote aux étrangers, encouragés par la convention N°144 du conseil de l’Europe. Ceci sans que cela ne vienne bouleverser le paysage électoral.

Depuis 1992, le traité de Maastricht impose la notion de citoyenneté européenne, ouvrant le droit de vote aux élections municipales et européennes à tous les ressortissants de l’Union, quelle que soit leur nationalité. De fait, la rupture entre nationalité et citoyenneté a déjà eu lieu. En continuant de s’arc-bouter sur une conception nationale et centralisée du droit de vote, le gouvernement mène un combat d’arrière-garde.

Plus grave, il entretient non seulement la division entre Français et étrangers, mais entre les étrangers eux-mêmes : ainsi, un Algérien ou un Sénégalais installé de longue date sur le territoire, partageant avec la France une longue histoire migratoire, se retrouve avec moins de droits qu’un ressortissant de l’Union européenne arrivé depuis peu. Il faut l’admettre : cette division recouvre bien souvent les clivages des anciennes puissances coloniales.

Ce n’est pas en ouvrant le droit de vote aux résidents étrangers que l’on risque de faire le jeu des communautarismes. Bien au contraire : c’est en continuant de créer des catégories de citoyens de seconde zone, privés du droit élémentaire de participer aux prises de décisions qui les concernent. C’est en continuant d’enfermer les résidents étrangers dans des clichés populistes, qui figent leur culture et nient leur capacité à jouer le jeu du débat démocratique.

Au sein du Conseil des résidents étrangers (CRE), jamais il n’a été question de piscines réservées aux femmes, mais de démocratisation culturelle, d’accès à un logement décent, de lutte contre les discriminations : autant de sujets qui concernent aussi les Français « de souche », et que les résidents étrangers enrichissent en s’en saisissant.

Avec le CRE, Strasbourg est un exemple rayonnant de démocratie envers les étrangers. Mais il ne faut plus aujourd’hui se cantonner à la réussite- réelle- de ces instances consultatives.

Il est temps de franchir une étape supplémentaire, en octroyant à tous les résidents étrangers le droit de vote et d’éligibilité aux élections locales.

La France est prête : ouvrons la voie d’une vraie modernisation de notre démocratie."

Farid Slimani, Porte-parole du CRE.

S'Molshemer blog contresigne, mit Hand und Fuß...

_yartiVoteEtranger01.JPG


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Vote des étrangers
commenter cet article
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 08:59

             A l’intention des candidats                 
aux élections présidentielles et législatives

                   - Pétition CoFraCiR -                       

          "Pour le droit de vote et d’éligibilité            

des résidents étrangers aux élections locales"

petition.jpg

Nous, résidents étrangers extra communautaires, bien que participant pleinement à la vie culturelle, sociale, économique, écologique et solidaire de la Cité, demeurons toujours exclus du droit élémentaire à la participation démocratique, à savoir le droit de vote et d’éligibilité aux élections locales.

Respectueux des lois républicaines, et contribuant au rayonnement de la société française, nous demandons ce socle légal afin de pouvoir faire exister notre choix.

Sans égalité civique, il est impossible d’imaginer une avancée sérieuse vers un nécessaire « mieux vivre ensemble » et un gain en cohésion sociale qui bénéficiera à une République ayant plus que jamais besoin de davantage de liberté, d’égalité, de fraternité et de justice.

La citoyenneté, c’est-à-dire le droit à une parole politique, se situe sur le même rang que le droit à la santé ou au logement. Dans une démocratie, ce droit est indissociable de l’individu. Rien n’empêche que dans les collectivités locales les étrangers puissent disposer des modalités nécessaires pour faire valoir leur citoyenneté.

Dans nos territoires, la citoyenneté de résidence peut ouvrir la voie à une intégration qui serait pleine et volontaire. Ayant choisi de vivre en France, nous voulons être considérés comme des citoyens à part entière là où nous résidons.

Le Sénat, le 8 décembre dernier, a voté un texte donnant le droit de vote et d’éligibilité aux résidents étrangers aux élections communales. Aujourd’hui, nous voulons interpeller les candidats aux élections présidentielles et législatives, pour qu’ils s’engagent à voter un texte de loi qui accordera enfin aux résidents étrangers extra communautaires le droit de vote et d’éligibilité aux élections locales.

Les résidents étrangers membres du Conseil Français de la Citoyenneté de Résidence (CoFraCiR *)

-> Texte de la pétition : Je lis et je signe en ligne ! 

* Créé le 16 avril 2011, le réseau CoFraCiR (Conseil Français de la Citoyenneté de Résidence), actuellement présidé par la Ville de Strasbourg s’engage à ouvrir la voie d’une démocratie pour tous. Ses objectifs: promouvoir, défendre et renforcer la participation de tous les citoyens résidents étrangers à la vie publique au niveau local; oeuvrer pour le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales, et lutter contre toutes formes de discriminations.

-> Posts précédents sur le même sujet :
- Etrangers : vers un droit de vote ?
- 6 sur 10
- Le rêve de Roland


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Vote des étrangers
commenter cet article
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 10:32

6 français sur 10 sont favorables au droit de vote des étrangers hors UE aux élections locales.

C'est ce qui ressort du dernier sondage Harris Interactive réalisé fin octobre 2011 pour La lettre de la citoyenneté qui marque une progression des résultats favorables à cet égard : près de six Français sur dix se déclarent en faveur de l’extension du droit de vote aux élections municipales et européennes aux étrangers non-européens vivant en France. Le total des personnes favorables « correspond à une hausse de neuf points par rapport à la dernière mesure réalisée en 2009 et constitue la proportion la plus élevée recueillie depuis le début de ce baromètre en 1994 ».

Après s’être vu rappeler que les étrangers des pays de l’Union européenne résidant en France ont le droit de vote pour ces élections, 59% des sondés se disent favorables à ce que cette mesure concerne les résidents hors UE. 37% se déclarent « tout à fait favorables » à cette évolution, et 22% « très favorables ». 39% y sont opposés (23% « assez opposés », 16% « très opposés »). 2% ne se prononcent pas. Interrogés sur l’extension de ce droit de vote, d’une part « à toutes les élections locales, c’est-à-dire aux élections municipales, cantonales et régionales », et d’autre part à « tous les étrangers vivant en France », les Français répondent aussi favorablement, à 56% (40% d’« assez favorables », 16% de « très favorables »). 41% sont par contre hostiles à cette solution (23% « assez opposés », 18% « très opposés »). 3% sont sans avis.

Selon l'institut de sondage, « seules les personnes âgées de 50 ans et plus s’opposent aujourd’hui » à l’extension du droit de vote aux résidents non communautaires pour les élections municipales et européennes. Cette idée, ajoute l’institut, « fait son chemin » parmi les sympathisants de droite et d’extrême droite, même si elle y demeure minoritaire : 42% des sympathisants de droite y seraient favorables (+15 points par rapport à la dernière enquête), et 36% de ceux de l’extrême droite (+14 points).

(Sondage réalisé par téléphone les 28 et 29 octobre 2011 auprès de 976 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.)

Pour en savoir plus : résultats et note détaillée.

A lire par ailleurs :
- Tribune publiée dans Le Monde du 24.11.2011 : Instaurons le droit de vote des immigrés !
- Blog "Elysée côté jardin" : Sarkozy clive à droite...

3717365134


 

Repost 0
Published by Stierkopf - dans Vote des étrangers
commenter cet article
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 07:45

affichevotation
S'il est une problématique qui devrait reprendre du poil de la bête, au lendemain de la victoire de la gauche au Sénat, c'est assurément celle du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers extra-communautaires aux élections locales. Un droit, faut-il le rappeler, d'ores et déjà octroyé aux ressortissants de l'UE.

Dix-sept pays membres de cette même UE se sont pour leur part clairement engagés dans cette démarche d'intégration citoyenne, élargie à l'ensemble des étrangers de toutes nationalités.

Après trente longues années de débats franco-français, de promesses et de propositions de loi systématiquement "retoquées", il ne serait que justice de leur ouvrir enfin, en France également, la voie des urnes municipales et de les associer ainsi à la vie de la cité à laquelle ils concourent au quotidien, notamment sur le plan fiscal sans pour autant y jouir du moindre droit civique. Et de franchir un pas décisif vers un suffrage réellement universel.

L'approche de l'élection présidentielle et des élections législatives qui suivront, ainsi que la prise en compte de cette légitime aspiration dans le programme PS 2012, offrent manifestement l'opportunité d'une "relance" de ce débat essentiel.

Une opportunité saisie, dans cette perspective, par les animateurs du Réseau-CoFraCiR * (Conseil Français de la Citoyenneté de Résidence) qui ne manquent pas d'observer au passage que "la prise de position publique et officielle de la nouvelle majorité sénatoriale est plutôt favorable au droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales."

Et ont décidé, en conséquence, de sonder en ligne les reins et le coeur de leurs compatriotes en leur posant, franco de port et brut de décoffrage, les deux questions suivantes :

- Êtes-vous pour le droit de vote (seulement) des résidents étrangers aux élections locales ?
- Êtes-vous pour le droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales ?

-> Réponses à formuler ici.

* Le Réseau-CoFraCiR regroupe à ce jour les Conseils de Résidents Etrangers de 10 municipalités françaises (Aubervilliers, Creil, Grenoble, Les Ulis, Lille, Paris, Roubaix, Saint-Denis, Toulouse et Strasbourg qui en assure la présidence pour les deux prochaines années).


Repost 0
Published by Stierkopf - dans Vote des étrangers
commenter cet article

A l'affiche...

...du cinéma Le Rohan - Mutzig
-> Programmation

le_rohan__470.jpgSoutenez les petites salles !

Observatoire citoyen

Pour suivre votre député à la trace (parlementaire) :
-> cliquez "coucou.je-suis-là.fr"

k5594297
1044315 483847185025194 962985576 n

Le blog à l'international

Pour accéder à la version polyglotte
du blog,
 traduit en 55 langues
modimes et dominantes,
---> actionner la moulinette
__________________________________

vache-loul.gif- Spécimen de Stierkopf -